Scriabin – Etude op.8 no.12 (Horowitz)

Partagez sur: Facebook Google+ Twitter LinkedIn
   Vidéo du 4 mars 2015 par Mathieu Dellon

Grâce au bouton "pop", visionnez les vidéos dans un pop-up pour continuer de naviguer librement sur le site sans interrompre les morceaux.

Il est possible de l'utiliser même après avoir commencé une vidéo, auquel cas, elle reprendra au point où vous étiez lorsque vous avez cliqué.

Fermer

Les boutons "Affiliés" vous dirigent vers le(s) morceau(x)/interprétations précis en rapport avec la vidéo en format CD/DVD ou MP3 en téléchargement direct. Ce sont des recommandations non-automatisées.

Fermer

Scriabin - Etude op.8 no.12 (Horowitz)

Scriabin - Etude op.8 no.12 (Horowitz)
Retrouvez ce morceau sur
itunesAmazon mp3Amazon
Alexander Scriabin (1872-1915)
Vladimir Horowitz (1903-1989)

Depuis que l’art de la musique s’étudie et se transmet, de nombreux compositeurs se sont penchés sur « comment travailler le plus efficacement possible ». Que ce soit dans un but pédagogique ou personnel, nombreux sont les recueils d’études de technique pure.

Cependant beaucoup de musiciens refuse de dissocier la musicalité de la technique. De plus, ils pensent que répéter des exercices de technique en mettant totalement de côté la musicalité est une grave erreur. La musique est présente partout, même dans une simple gamme et il ne faut jamais l’oublier.

Pour ce faire, les études comme celles de Chopin, Debussy, ou comme ici, de Scriabin sont non seulement faites pour travailler des notions et des techniques très précises mais ce sont de réels morceaux qui nécessitent un travail d’analyse et d’intérprétation. Finalement, pour ces études, la véritable leçon est « la musicalité ».

Horowitz était un spécialiste de cette étude de Scriabin, il aimait la jouer pratiquement à chacune de ses représentations. Sa technique est évidemment incoyable, malgré tout, beaucoup critiqueraient son manque de précision, la position de ses mains trop à plat, quelques sauts ratés, notes « accrochées »… Est-ce réellement l’essentiel ici? En tant que musicien, je ne peux qu’admirer la passion, l’émotion, l’énergie que seul Horowitz était capble de rendre dans cette étude si difficile et exigente.

10555 vue(s)
 
Suggestions

Grieg – Pièces Lyriques, 1er cahier op.12 no.4 « Elfentanz » (Richter)

Les Pièces Lyriques de E. Grieg sont des morceaux pour piano solo. Elles sont au nombre de 66 réparties dans 10 cahiers et ont été composées entre 1867 et 1901. […]

Grieg – Pièces Lyriques, 1er cahier op.12 no.3 « Verktersang » (Richter)

>Les Pièces Lyriques de E. Grieg sont des morceaux pour piano solo. Elles sont au nombre de 66 réparties dans 10 cahiers et ont été composées entre 1867 et 1901. […]

Bach – Prélude et Fugue no.3 en Do# Majeur, BWV 848

[…] Je trouve une autre particularité (moins technique) à ce prélude et fugue: l’ambiance qu’il dégage. La musique de Bach est très complexe et profonde, sérieuse, alors […]
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire