Mendelssohn – Concerto pour Piano no.1 op.25 (Yuja Wang)

Partagez sur: Facebook Google+ Twitter LinkedIn
   Vidéo du 3 février 2015 par Mathieu Dellon

Grâce au bouton "pop", visionnez les vidéos dans un pop-up pour continuer de naviguer librement sur le site sans interrompre les morceaux.

Il est possible de l'utiliser même après avoir commencé une vidéo, auquel cas, elle reprendra au point où vous étiez lorsque vous avez cliqué.

Fermer

Les boutons "Affiliés" vous dirigent vers le(s) morceau(x)/interprétations précis en rapport avec la vidéo en format CD/DVD ou MP3 en téléchargement direct. Ce sont des recommandations non-automatisées.

Fermer
Felix Mendelssohn ( 3 février 1809 - 1847)
Yuja Wang, piano | Kurt Masur, direction
Verbier Festival Orchestra

Joyeux Anniversaire à ce grand musicien, compositeur, pianiste, chef d’orchestre, organiste…

Le génie de Mendelssohn fut remarqué alors qu’il était encore très jeune, il a composé des oeuvres qui sont, de nos jours, connues du monde entier. Qui ne connait pas ses « Romances sans Paroles », ou son Concerto pour Violon ou tout simplement, la fameuse « Marche Nuptiale » jouée quasiment systématiquement à chaque mariage ?

Personnellement, j’ai une faiblesse pour ce concerto pour piano. Sa structure est quelque peu originale avec son introduction quasi inexistante, ses mouvements enchainés, ses multiples passages improvisés, etc. Mais, au-delà de son aspect technique, c’est son ambiance et l’humeur qu’il procure qui me plaisent avant tout.

Le premier mouvement est majestueux, des thèmes simples mais bien mis en valeur en plus d’être très lyriques ce qui donne facilement l’envie de « chantonner » en même temps.
Le deuxième muvement est doux, délicat, parfait contraste avec le premier mouvement et permet de reprendre un peu son souffle avant le troisième mouvement. Ce mouvement est introduit par une fanfare pour attirer toute notre attention. Rapide, dynamique, aux couleurs radieuses et positives, il reprend des aspects mélodiques du premier mouvement ce qui donne l’agréable sensation d’être sur un territoire familier. C’est donc une oeuvre pleine de vie, facile à écouter et à réécouter.

Cette vidéo est un extrait du Verbier Festival 2009 (Suisse)

1758 vue(s)
 
Suggestions

Grieg – Pièces Lyriques, 3e cahier op.43 no.1 « Papillon » (Richter)

>Les Pièces Lyriques de E. Grieg sont des morceaux pour piano solo. Elles sont au nombre de 66 réparties dans 10 cahiers et ont été composées entre 1867 et 1901. […]
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire