M. Ravel – Jeux d’Eau (Argerich)

Partagez sur: Facebook Google+ Twitter LinkedIn
   Vidéo du 28 janvier 2015 par Mathieu Dellon

Grâce au bouton "pop", visionnez les vidéos dans un pop-up pour continuer de naviguer librement sur le site sans interrompre les morceaux.

Il est possible de l'utiliser même après avoir commencé une vidéo, auquel cas, elle reprendra au point où vous étiez lorsque vous avez cliqué.

Fermer

Les boutons "Affiliés" vous dirigent vers le(s) morceau(x)/interprétations précis en rapport avec la vidéo en format CD/DVD ou MP3 en téléchargement direct. Ce sont des recommandations non-automatisées.

Fermer

M. Ravel - Jeux d'Eau (Argerich)

M. Ravel - Jeux d'Eau (Argerich)
Retrouvez ce morceau sur
itunesAmazon mp3Amazon
Maurice Ravel (1875-1937)
Martha Argerich, piano

« Dieu fluvial riant de l’eau qui le chatouille » (Henri de Régnier)

Cette charmante citation est en épigraphe de la partition des Jeux d’Eau et décrit plutôt bien l’idée et l’ambiance générale de l’oeuvre.
Ravel, connu pour son Boléro, a composé ce morceau en 1901 et l’a particulièrement dédié à son professeur qui n’était autre que Gabriel Fauré.

Sans jeu de mots, la source de cette oeuvre est une composition célèbre de F. Liszt: Jeux d’eau de la Villa d’Este, composée en 1883.
Sa structure se veut ressembler à une forme sonate mais détachée des contraintes tonales de l’ère « classique ». Mais plutôt qu’une longue analyse, voici plutôt comment Ravel en personne décrivait sa composition:

 » Les Jeux d’eau, parus en 1901, sont à l’origine de toutes les nouveautés pianistiques qu’on a voulu remarquer dans mon œuvre. Cette pièce, inspirée du bruit de l’eau et des sons musicaux que font entendre les jets d’eau, les cascades et les ruisseaux, est fondée sur deux motifs à la façon d’un premier temps de sonate, sans toutefois s’assujettir au plan tonal classique » —Maurice Ravel, esquisse autobiographique, 1928

PS: Bravo à M. Argerich qui joue cette oeuvre de façon eblouissante et rafinée à la fois.

3659 vue(s)
 
Suggestions

Beethoven – Sonate pour Piano no.23 « Appassionata »

Le caractère sinueux, incertain du premier mouvement, rempli de contrastes provocateurs, le deuxième mouvement sous forme de variations, et un troisième […]
Laisser un commentaire

1 Trackback

Laisser un commentaire