Fauré – Sicilienne op.78, arr. flûte et orchestre (Gallois)

Partagez sur: Facebook Google+ Twitter LinkedIn
   Vidéo du 6 février 2015 par Mathieu Dellon

Grâce au bouton "pop", visionnez les vidéos dans un pop-up pour continuer de naviguer librement sur le site sans interrompre les morceaux.

Il est possible de l'utiliser même après avoir commencé une vidéo, auquel cas, elle reprendra au point où vous étiez lorsque vous avez cliqué.

Fermer

Les boutons "Affiliés" vous dirigent vers le(s) morceau(x)/interprétations précis en rapport avec la vidéo en format CD/DVD ou MP3 en téléchargement direct. Ce sont des recommandations non-automatisées.

Fermer
Gabriel Fauré (1845 - 1924)
Patrick Gallois, flûte
Orchestre de Musique de Chambre de Paris

Gabriel Fauré, compositeur français né en 1845, est assez peu connu du grand public mais fortement apprécié des musiciens.
Elève et ami proche de Saint-saëns, son style musical est parfois difficile à cerner. Comme beaucoup de compositeurs « à cheval » entre le 19e et 20e siècle, la musique de Fauré a évolué considérablement au cours de sa vie.

L’op.78 n’est pas une oeuvre phare de Fauré comme son requiem ou ses nocturnes, mais elle possède un charme certain qui la rend très accessible. Elle est volontairement légère car conçue pour être une musique de scène pour une pièce de théâtre, en quelques sortes l’équivalent d’une bande originale pour les films actuels. Elle fut finalement utilisée par Debussy pour son opéra « Pelléas et Mélisande ».
A l’origine composée pour piano et violoncelle, elle connut de nombreuses variations et adaptations au cours du temps, comme ici, flûte et orchestre.

Beaucoup se demandent pourquoi ce nom « Sicilienne ». Une sicilienne en solfège est une forme rythmique (croche pointée, double croche, croche) très répandue que Fauré exploite tout au long de ce morceau.

Pour preuve que Fauré est malheureusement peu connu, même Amazon ne propose que peu de choix… Cette version magnifique pour flûte et orchestre n’est donc pas disponible, je vous suggère donc la version dans sa forme originale pour violoncelle et piano.

4502 vue(s)
 
Suggestions

La Forme Sonate

Le terme « sonate » provient du latin sonate, mais aussi de l’italien « sonare » (sonner). En musique, cela impliquait la notion de « jouer ». Au début du 18e siècle […]

Chopin – Nocturne op.72 no.1 en Mi mineur (no. 19) (Ashkenazy)

Frédéric Chopin – Nocturne op.72 no.1 en Mi mineur (no.19) interprété par Vladimir Ashkenazy […]
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire