Chopin – Etude op.25 no.9 (Ashkenazy)

Partagez sur: Facebook Google+ Twitter LinkedIn
   Vidéo du 25 février 2015 par Mathieu Dellon

Grâce au bouton "pop", visionnez les vidéos dans un pop-up pour continuer de naviguer librement sur le site sans interrompre les morceaux.

Il est possible de l'utiliser même après avoir commencé une vidéo, auquel cas, elle reprendra au point où vous étiez lorsque vous avez cliqué.

Fermer

Les boutons "Affiliés" vous dirigent vers le(s) morceau(x)/interprétations précis en rapport avec la vidéo en format CD/DVD ou MP3 en téléchargement direct. Ce sont des recommandations non-automatisées.

Fermer

Chopin - Etude op.25 no.9 (Ashkenazy)

Chopin - Etude op.25 no.9 (Ashkenazy)
Retrouvez ce morceau sur
itunesAmazon
Frédéric Chopin (1810 - 1849)
Vladimir Ashkenazy, piano

Chopin a écrit deux recueils principaux de douze études chacun: les op.10 et 25.
Ces 24 études sont un passage obligatoire pour tous les pianistes pour leur difficulté, leur musicalité et surtout les leçons primordiales qui en découlent.

L’étude op.25 no.9 est également surnommée « butterfly » (papillon en Anglais). Ce titre, commme tous les titres des études de ce recueil, n’est pas de Chopin.

Cette étude très courte répète un schéma simple et unique de quatre double croches: 1 note simple liée (opposé à séparée) à une double-note (tierce ou quarte) enchainant avec 2 octaves successifs piqués, quasi-staccato. A noter que parfois, la double note vient avant la note simple.
Ce contraste de notes liées et octaves piqués rend cet effet « dansant » et léger de la mélodie si les octaves sont exécutés correctement. Dans le cas contraire, les octaves deviennent pompeux créant donc l’effet totalement inverse.

La main gauche, elle, comble les harmonies grâce à sa basse tout en exécutant des sauts constants et grandissants, c’est un excellent travail de déplacements rapides.
Les notes liées de la main droite sont parfois assez éloignées ce qui aide le pianiste a faire un travail d’assouplissement. Puis, l’echainement avec les 2 octaves piqués force le dynamisme au niveau du poignet achevé uniquement dans l’extrême détente de celui-ci, ce qui semble contradictoire à première vue.

Cette étude cache bien sa difficulté, et bien que courte, sans une maîtrise technique complète, elle peut s’avérer extrêment éprouvante au point d’avoir le bras tétanisé et de ne pas pouvoir terminer le morceau! (Attention d’ailleurs à ne pas trop forcer, les tendinites ne sont jamais loin hélas!)

Liste des Etudes de Chopin

1248 vue(s)
 
Suggestions

F. Liszt – Etude no.4 « Mazeppa » (Cziffra)

Ce recueil de douze études S.139, intitulé « Douze études d’exécution transcendante » et dédicacé à son maître et ami qui n’était autre que Carl Czerny […]

Liszt – Etude de Concert S.144 no.3 « Un Sospiro » (Hamelin)

Contrairement aux études basiques comme la méthode du Hanon, les études de Liszt se veulent très difficiles tant techniquement que musicalement, au point que son reccueil de trois […]
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire