Beethoven – Sonate pour Piano no.23 « Appassionata »

Partagez sur: Facebook Google+ Twitter LinkedIn
   Vidéo du 30 janvier 2015 par Mathieu Dellon

Grâce au bouton "pop", visionnez les vidéos dans un pop-up pour continuer de naviguer librement sur le site sans interrompre les morceaux.

Il est possible de l'utiliser même après avoir commencé une vidéo, auquel cas, elle reprendra au point où vous étiez lorsque vous avez cliqué.

Fermer

Les boutons "Affiliés" vous dirigent vers le(s) morceau(x)/interprétations précis en rapport avec la vidéo en format CD/DVD ou MP3 en téléchargement direct. Ce sont des recommandations non-automatisées.

Fermer
Ludwig van Beethoven (1770 -1827)
Wilhelm Kempff (1895 - 1991), piano

Cette sonate est probablement une des plus grandes oeuvres de Beethoven pour piano solo. Composée vers 1806, elle eut un succès immédiat. Le caractère sinueux, incertain du premier mouvement, rempli de contrastes provocateurs, le deuxième mouvement sous forme de variations, et un troisième mouvement comparable à un train lancé à grande vitesse qui ne s’arrête jamais… autant d’éléments qui font d’elle, non seulement une des sonates les plus populaires, mais aussi une des plus difficiles à exécuter.

Je ne m’étendrai pas sur l’analyse de ce morceau qui n’aurait pas sa place ici, mais je profite de ce post pour présenter Wilhelm Kempff, un géant du 20e siècle et parmis mes interprètes préférés, particulièrement en ce qui concerne les sonates de Beethoven.

Son interprétation ici est magnifique, très recherchée mais sachant rester simple. C’était un « musicien », la performance technique ne l’intéresse visiblement pas, contrairement à la tendence actuelle qui veut que le 3e mouvement soit accéléré au point d’en faire une course de vitesse. Mais comme j’en discutais dans mon récent article « Beethoven et les Symphonies du Futur« , peut-être que ce désir de vitesse était bien son intention finalement…

1076 vue(s)
 
Suggestions

Chopin – Etude op.25 no.12 (Ashkenazy)

Chopin a écrit deux recueils principaux de douze études chacun: les op.10 et 25. Ces 24 études sont un passage obligatoire pour tous les pianistes pour leur difficulté, leur musicalité et surtout les leçons primordiales qui en découlent. […]
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire