Bach – Partita no.1 en Si Majeur BWV 825 (Schiff)

Partagez sur: Facebook Google+ Twitter LinkedIn
   Vidéo du 5 février 2015 par Mathieu Dellon

Grâce au bouton "pop", visionnez les vidéos dans un pop-up pour continuer de naviguer librement sur le site sans interrompre les morceaux.

Il est possible de l'utiliser même après avoir commencé une vidéo, auquel cas, elle reprendra au point où vous étiez lorsque vous avez cliqué.

Fermer

Les boutons "Affiliés" vous dirigent vers le(s) morceau(x)/interprétations précis en rapport avec la vidéo en format CD/DVD ou MP3 en téléchargement direct. Ce sont des recommandations non-automatisées.

Fermer
Johann Sebastian Bach (1685 - 1750)
Andras Schiff, piano

Ecouter la version clavecin

Les partitas pour clavecin de Bach sont au nombre de six. Composées entre 1725 et 1730, elles seront publiées sous le nom de Clavier-Übung I (Pratique du clavier).

Ces partitas sont en réalité un ensemble de suites succédant aux Suites Françaises et les Suites Anglaises. Ce sera son dernier recueil de suite et de loin, le plus difficile techniquement.

A la base, une suite est une succession de six danses dans un ordre précis avec toutefois quelques libertés notamment dans le nombre total de danses. Il sera donc possible de voir des variations dans leurs structures.
A l’époque de Bach, il était coutume de commencer par un Prélude pour introduire la première danse, mais ce n’est pas le cas de ces partitas qui débuteront par des introductions variées allant du simple Prélude, à la Fantaisie. On trouvera même une Toccata dans la sixième partita.

Les connaisseurs ne manqueront pas de soulever le fait que le piano n’existait pas à l’époque de Bach, et que ces partitas sont écrites pour clavecin, ce qui fait de cet enregistrement de A. Schiff, une sorte de contre-sens historique. C’est pour cette raison qu’une version de cette partita interprétée par Blandine Verlet au clavecin vous est proposée en haut de l’article.

3528 vue(s)
 
Suggestions

Liszt – Grand Galop Chromatique (Cziffra)

Composée en 1838, cette oeuvre a (pratiquement) pour seul but d’épater le public. Mais, contrairement à certaines oeuvres spéctaculaires […]
Laisser un commentaire

1 Trackback

Laisser un commentaire